Emilie Allard: L’envers du décor

Le 27 avril prochain aura lieu, à la salle Claude-Léveillée de la Place des arts, le spectacle solo de la belle Emilie Allard, qu’on a pu voir tout récemment à La Voix V.  Parce que c’est ma grande amie, que j’admire énormément son parcours et que j’ai, un peu malgré moi, participé à la folle aventure de La Voix, j’avais envie de dresser un portrait de cette magnifique artiste.

Le grand public a fait la découverte d’une artiste lumineuse, pétillante et généreuse à travers ses apparitions à La Voix.  Et maintenant, c’est cette image qui lui colle à la peau.  C’est majoritairement positif, surtout qu’elle a tellement été elle-même du début à la fin de l’aventure.

Mais j’avais envie de vous montrer l’autre côté de la médaille, celui dont on ne parle jamais vraiment quand on est artiste et surtout pas, par rapport à un concours comme celui de La Voix

Je lui ai tout d’abord demandé comment elle vivait son deuil de toute cette aventure.  C’est très franchement qu’elle m’a avouée être vraiment très fatiguée.  Comme si son corps avait tout donné et qu’en ce moment, les batteries sont plus difficiles à recharger.  Il faut dire qu’on ne soupçonne pas la dose de stress que le corps peut endurer et ce, pendant plusieurs mois.

Elle ressent aussi une certaine pression de la part du public qui suit l’émission, à cause de cette image positive qui a été véhiculée.  Une pression de rester forte, de ne pas laisser paraître sa déception, de continuer, malgré la peine…  Et l’échec?  Oui, l’échec.  « Même si ce n’est pas comme ça que je devrais le voir, certains jours je le perçois comme ça. »  Surtout que les gens qui ne la connaissent pas ne se gênent pas pour le lui rappeler: « Ça prend des gagnants et des perdants dans ce concours-là. »  Ouch.  Aux yeux de cette dame, qui a, ma foi, peut-être oublié qu’elle parlait à un être humain, Emilie est dans la catégorie des perdants.  Difficile de remonter la pente rapidement après ça!

Pourtant, c’est son plus grand souhait, d’aller mieux et vite!  Emilie, motivée par la volonté de ne pas tomber avec la fin de son aventure à l’émission, prépare un magnifique spectacle solo (je peux le dire, je fais la mise en scène!!!) jeudi prochain: Droit devant.  Ce titre veut tout dire!

Elle m’explique qu’elle avait envie de se détacher de la personnalité qui lui a été collée à La Voix.  Parce qu’on ne l’a vue qu’à deux reprises, elle n’a pas eu l’occasion de démontrer tout son savoir-faire et surtout, le public n’a pas eu le temps d’avoir accès à toutes les facettes de sa personnalité.  Elle invite les gens à son spectacle: « Venez donc voir ce que j’aurais été capable de faire si je m’étais rendue aux émissions en direct! ».

Bien que je la sente super positive avec son spectacle, j’ose quand même lui demander si elle croit que la période de deuil aurait été plus facile si elle n’avait pas eu d’autres projets en cours. Encore une fois, beaucoup de sincérité dans la réponse: « J’aurais aimé avoir deux mois de plus, mais comme je suis quelqu’un qui n’accepte pas le vide et le non-contrôle et que je veux trop provoquer, je ne prends pas le temps. »  Cela ne veut pas dire que son spectacle sera en-dessous de ce qu’elle est capable de faire, cela veut dire qu’elle mettra absolument toutes les parcelles d’énergie qui lui reste à préparer Droit devant.

Artiste de théâtre musical, Emilie a aussi plusieurs projets en cours, dont deux avec sa compagnie de théâtre multidisciplinaire, Théâtre Omnivore.  Bien qu’elle se sente comblée par tout ce qu’elle a dans sa vie, elle aurait tout de même besoin que certaines portes s’ouvrent.  Qu’on lui dise enfin le « Oui! » qu’elle attend depuis longtemps.  Elle auditionne régulièrement pour des spectacles à grands déploiements, mais à chaque fois, bien qu’elle se rende très loin dans le processus d’audition, elle n’est finalement pas retenue…  C’est normal, et elle le dit elle-même: « Ça fait partie du processus de se faire dire non. ».  Mais tout de même.  Elle est tellement entière et à chaque fois, elle donne tout ce qu’elle a dans le ventre.  Mais ça aussi, ça épuise.  Et elle a beau se dire que le domaine artistique est fait comme ça, qu’il y a beaucoup d’appelés et peu d’élus, ça aussi, ça fatigue.

Cependant, au tout début du processus de La Voix, Emilie a justement ressentie cette reconnaissance dont elle avait besoin.   Sauf que tout ça s’est arrêté tellement brusquement qu’elle a l’impression qu’on a freiné son élan, elle qui était pourtant si bien partie.  Et de là peut-être le deuil plus grand à vivre.

Je lui demandé qu’elle était sa définition personnelle de la réussite.  Car on le sait bien, au Québec, la réussite artistique passe bien souvent par un passage à la télévision.  Mais quand on est devant une caméra, notre réussite se loge-t-elle dans les yeux des autres?  Pour Emilie la réussite est surtout de faire des projets enrichissants avec de beaux êtres humains.  Comme le spectacle Backstage qu’elle a joué tout l’été dernier au Théâtre de La Marjolaine à Eastman avec des gens qu’elle adore et qui lui ont offert une expérience artistique et humaine magnifique.

En terminant, elle me confie que si toute l’aventure de La Voix était à refaire, elle ferait exactement la même chose: «  J’étais préparée mentalement, j’avais un certain détachement et je savais que ça allait se terminer.  Je ne vois pas comment j’aurais pu le faire différemment.  Je n’ai pas joué une game.».

Elle a été 100% elle-même.  Cela va lui servir. Et même si c’est plus difficile en ce moment, Emilie est encore extrêmement positive.  Elle sait qu’elle va ressortir grandie de cette expérience.  Elle s’est embarquée à fond dans l’aventure parce qu’elle avait envie de vivre l’intensité d’un gros show télé comme celui-là.  Et bien que ça n’ait pas duré longtemps, elle aura été servie.  En espérant que ça lui ouvre des portes maintenant!

Droit devant
27 avril 2017, 20h
Salle Claude-Léveillée de la Place des arts
http://placedesarts.com/spectacles/19525/emilie-allard.fr.html
514.842.2112

Théâtre Omnivore
https://www.theatreomnivore.com

Article précédent