Bachelor

Avertissement : toute ressemblance avec vous-même ou votre entourage n’est que pure coïncidence et fruit du hasard… 

Ça m’arrive d’être vraiment innocente pour ne pas dire naïve. Mon chum trouve ça cute, moi ça dépend des situations… Disons que j’ai eu le malaise de ma vie à retardement le weekend dernier…

Je suis allée magasiner au centre-ville samedi en milieu d’après-midi. J’étais décidée à flamber trop d’argent au Aritzia du Centre Eaton… En traversant un couloir, je me suis fait interpeller par un homme… possiblement de mon âge… d’assez belle apparence… Mais, comme toute bonne fille, j’ai tout de même reculé lorsqu’il m’a demandé s’il pouvait me déranger un petit instant. Ça reste toujours ben un inconnu. J’ai répondu un « mouin » très incertain en regardant autour de moi…

-Je me présente, je suis Jean-Sébastien, je me marie la semaine prochaine et ce weekend c’est mon bachelor party

Je l’ai donc surnommé Bachelor. Beachelor était, comme vous l’aurez deviné, un gars qui allait se passer la corde au cou mais toujours bachelor pour l’instant. Je me disais que c’était vraiment un temps moche de l’année pour se marier, mais qui suis-je pour juger? Bachelor a peut-être une maladie incurable et il va mourir dans les prochains mois…

-Mes amis m’ont fait une « liste d’épicerie » d’items que je dois trouver pour la grande finale de mon bachelor party ce soir, mais je n’ai pas le droit de les acheter…

-Sérieux, dude, si tu es pour me demander mes bobettes ou ma brassière, c’est non ! J’ai du poivre de cayenne dans ma sacoche si c’est sur ta liste, par contre.

-Non non non, j’ai besoin d’une paire de bas… Ou juste un si ça te dérange…

J’étais tellement soulagée que ça ne soit pas mes sous-vêtements qu’il me demande que je lui ai donné la paire de bas que je portais avec plaisir. Je n’allais quand même pas lui en donner juste un, je suis plus généreuse que ça.

Je lui ai demandé si sa fiancée faisait un bachelorette party… Il m’a répondu que non. Elle n’est pas très sociable apparemment. J’ai trouvé ça vraiment étrange…

Mais, le clou du spectacle, c’est quand il est venu le temps de se séparer… Il m’a demandé mon adresse courriel.

-T’es certain que tu vas te marier le weekend prochain toi ?

-C’est juste pour prouver que tu es une vraie personne…

-Mouain… mais, non… Je n’ai pas de courriel… Je suis comme ça ! Moi et les technologies; beurk (oui j’ai menti)! Bon, bien, salut !

C’est une fois dans le Aritzia que j’ai enfin allumé… Le gars là, il n’allait pas se marier… il avait juste un fétichisme des pieds (ou des bas) pis il va s’amuser avec mes bas… Je me suis trouvée vraiment conne et je me suis promis que plus jamais je n’allais jamais donner les vêtements que je porte à des inconnus. Faque, je me suis acheté plein de bas…

Article précédent Article suivant