Arrêter de penser (sans prendre de l’opium)

J’vous cacherai pas que j’y ai pensé! Mais l’opium, c’est pas aussi facile à trouver qu’on pense. Pis comme il y a des antécédents de dépendances aux drogues dans ma famille, ça n’aurait pas été l’idée du siècle! Faque à la place, j’ai tapé dans Google:

arreter-de-penser

Pis j’en ai conclu que Wikihow avait probablement la solution « parfaite ».

Si je passe au travers des 14 étapes qu’il me propose, il paraît que je devrais être en mesure de passer à autre chose. Je ne vous étalerai pas les 14 étapes, parce que les 5 premières suffisent pour vous faire comprendre où je me situe émotionnellement par rapport à tout ça!

Étape 1. Accepter les émotions

Bin oui, il m’arrive de pleurer. Au réveil, en plein milieu de la journée ou juste avant de me coucher. Sincèrement, il y a des journées où je resterais couchée dans mon lit si j’le pouvais, si je n’avais pas cette petite voix intérieure qui me dit: « Lâche d’être pathétique, lève-toi, tu vas pas en mourir… ».

Étape 2. Parlez-en à quelqu’un de confiance.

Parfois, ce sont les gens qui m’en parlent. Parfois, comme dans cette conversation avec ma meilleure amie, c’est moi qui avait le besoin d’en parler…

Moi: J’vais finir par aller mieux, right? Genre pu penser à lui à toutes les minutes?
Amie: Oui!!!
Moi: K
Amie: Lol
Moi: J’ai d’la misère à y croire mais bon!
Amie: Mais oui. Mais ça prend du temps tse!
Moi: Je sais! Mais il me fait chier de pas être capable d’être en couple maintenant. Anyway.
Amie: Je sais!!!

Étape 3. Ignorez les choses blessantes qui vous ont été dites

C’est là que dans les étapes de Wikihow, ça se gâche – ou du moins, ça ne n’aide pas fuckall. Si ça avait été le cas, si on s’était laissé parce qu’on ne s’aimait pu, parce qu’on avait envie de s’entretuer, parce que la relation était malsaine pour l’un ou pour l’autre, parce que je l’aurais trompé ou parce que lui m’aurait trompé, ça aurait été plus facile (probablement). Mais rien. Rien de blessant, rien de malsain, rien de maladroit, juste du beau.

Étape 4. Prenez du recul et pensez aux moments heureux

Encore là, j’veux bin me remémorer les moments heureux de ma vie. Le hic, c’est que les moments avec lui en font définitivement partie. Le fait qu’il a de la difficulté à s’adapter à sa nouvelle situation ne fait pas de nos moments ensembles, des moments malheureux. Faque j’veux bien penser à des moments heureux, mais ça me ramène beaucoup à lui. Pis non, je ne suis pas de mauvaise foi là! Malgré mon anxiété, j’y croyais à cette relation. 

J’y crois toujours.

Étape 5. Mettez un terme à la relation en disant au revoir à votre ex

Non.

Pas là, en tout cas.

Ces temps-ci, mes rêves me parlent… pis ça, c’est bin rare! Depuis 2 semaines, je fais toujours le même rêve. Je suis dans une grande maison et tous mes amis sont là. À chaque fois que quelqu’un barre la porte, je cours et je la débarre en criant: « Ne barrez jamais la porte, d’un coup il reviendrait! ». Croyez-moi quand je vous dis que je suis loin d’être prête à l’empêcher de revenir dans ma vie…

Faque comment on fait pour arrêter de penser à quelqu’un sans arrêter de l’aimer? Même Google ne semble pas vouloir me donner d’alternative exceptée celles d’arrêter de l’aimer, de l’oublier, de l’effacer totalement de ma vie (réseaux sociaux inclus), de ne plus jamais lui parler et de l’empêcher de communiquer avec moi dans le futur. Je te hais Google! J’veux rien de tout ça!

arreter-de-penser-sans-laimerAujourd’hui, tout ce que je veux, c’est arrêter d’être triste. Arrêter d’y penser continuellement et retrouver ma bonne humeur. Celle qui l’a fait tomber en amour avec moi. Celle que j’avais quand on a commencé à jaser. Celle que j’avais quand j’étais en sa compagnie. Parce que cette fille-là, elle n’est pas disparue. Elle a juste besoin de se retrouver et j’me rends compte que sans lui, c’est pas aussi facile que ça l’était avant de le connaître!

Pis, à moins qu’il ne le veuille pas, qu’il n’ait pas envie de s’adapter, qu’il ait envie que sa situation reste telle qu’elle est présentement jusqu’à la fin de sa vie, un jour, il redeviendra cette personne que j’ai eu le plaisir de côtoyer pendant plusieurs mois. Pis cette journée-là, j’espère qu’il n’aura pas passer à autre chose, qu’il y aura ne serait-ce qu’un petit peu d’amour, qu’il n’aura pas envie d’aller voir ailleurs, qu’il aura envie de me retrouver, qu’il passera par-dessus son orgueil, parce que j’ai beau avoir passé les deux dernières semaines à essayer de m’imaginer rencontrer quelqu’un d’autre, je n’y arrive pas. La relation n’est pas finie. L’amour n’est pas disparu. 

D’ailleurs, aussi triste soit-il, quand on était un couple, je n’arrivais pas à voir du positivisme dans notre situation, mais depuis qu’on est séparé, qu’on ne se parle plus, qu’il m’a enrayé de sa vie, j’essaie de voir du positivisme face à « notre » avenir. Le hic, c’est que je ne peux pas vivre d’espoir et d’attente. Parce qu’il se peut qu’il ne revienne jamais.


P.S. Merci pour les commentaires et les messages de sympathies que plusieurs m’écrivent via courriel, Instagram et Facebook. Je n’ai pas envie de parler de ma peine d’amour pendant des mois encore, ni même entrer dans des détails plus précis de ma relation avec lui, mais le fait de pouvoir écrire mes émotions me fait un bien fou! Est-ce que ça m’aide? Ma psy vous dirait que oui, car selon elle, je suis une mésadaptée émotionnelle. Mais ça, j’vous en reparle dans un prochain texte! 

 

 

Article précédent Article suivant